Pour financer votre opération de rénovation énergétique, le cumul de plusieurs aides est tout à fait possible. Le montant des subventions varie en revanche selon le niveau de ressources et le nombre de personnes du foyer ainsi que l’amélioration écologique que permet d’obtenir le projet.

Le taux de prise en charge maximum est de 40% pour les ménages à revenus les plus élevés. Il s’élève par contre à 90% pour les foyers dont les gains sont les plus modestes. Sont notamment finançables les dépenses suivantes :

  • Audit énergétique
  • Isolation thermique : toiture, combles, sous-sol, par l’extérieur ou par l’intérieur
  • Remplacement du système de chauffage ou de ventilation par un équipement plus écologique
  • Remplacement de menuiseries / fenêtres

MaPrimeRénov’

Le principal dispositif de soutien est désormais MaPrimeRénov’. Géré par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), il remplace le Crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE) et l’aide de l’Anah “Habiter Mieux Agilité”.

L’Anah propose également l’aide MaPrimeRénov’ Sérénité, non cumulable avec MaPrimeRénov’. Il s’agit d’un programme d’accompagnement des foyers dont les ressources sont modestes. Il vise à leur permettre une rénovation améliorant d’au moins 35% la performance énergétique du logement. Le dispositif prend en charge jusqu’à 50% du montant total des travaux dans la limite de 15 000 €.

Pour financer un projet de rénovation énergétique, plusieurs aides sont cumulables avec MaPrimeRénov’ ou MaPrimeRénov’ Sérénité. Une condition commune pour bénéficier de ces financements est que les travaux soient réalisés par une entreprise labellisée RGE (Reconnu garant de l’environnement), comme ACTIV.

Autres aides pour la rénovation énergétique

Les primes CEE ou “Coup de pouce énergie”

Les primes CEE sont attribuées par les fournisseurs d’énergie. Ces derniers ont en effet l’obligation de financer des travaux conduisant à réduire la consommation d’énergie pour pouvoir en justifier auprès des pouvoirs publics. Les projets de rénovation thermique de bâtiments sont donc particulièrement concernés.

Le montant de votre prime est variable selon le fournisseur d’énergie auquel vous vous adressez. Il dépend par ailleurs du niveau de performance énergétique atteint grâce aux travaux. Une aide plus importante est généralement accordée aux foyers à revenus modestes.

Les aides des collectivités locales pour une rénovation énergétique

Des financements sont proposés localement par certains conseils régionaux et départementaux, des intercommunalités et des communes. L’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) recense pas moins de 142 aides locales proposées par les collectivités de Bourgogne-Franche-Comté, dont 58 en Saône-et-Loire.

En particulier, le programme régional Effilogis vise à encourager la rénovation énergétique de maisons individuelles jusqu’aux niveaux BBC (bâtiment basse consommation) ou BEPOS (bâtiments à énergie positive). Le département de Saône-et-Loire propose quant à lui plusieurs soutiens à la transition énergétique cumulables avec les aides de l’État et de la Région :

  • Aides Habitat durable (pour des améliorations ponctuelles)
  • Habiter mieux 71
  • Qualirenov’71

L’Éco-prêt à Taux Zéro (Éco-PTZ)

L’éco-PTZ est un prêt à taux zéro d’un montant pouvant aller jusqu’à 50 000 euros sur 20 ans maximum pour financer des travaux de rénovation thermique. Ceux-ci doivent porter sur une résidence principale construite depuis plus de deux ans et permettre une amélioration de 35% de la performance énergétique. Il peut être demandé auprès de l’Anah en parallèle de MaPrimeRénov’.

Le taux de TVA réduit

Le taux réduit de TVA à 5,5% bénéficie aux opérations d’amélioration thermique de l’habitat, tant pour les travaux que pour les équipements et l’entretien. Le logement doit être achevé depuis plus de 2 ans pour en bénéficier.

Le chèque énergie

Les bénéficiaires du chèque énergie peuvent l’utiliser pour régler des travaux de transition énergétique. Cette mesure est indépendante des soutiens financiers reçus par ailleurs.