Le projet de loi de finances pour 2023 prévoit 20,5 milliards d’euros pour la politique du logement des ministères de la Transition écologique et de la Transition énergétique. Dont un budget de 2,5 milliards pour le dispositif MaPrimeRénov’.

500 millions € en plus pour MaPrimeRénov’

Accompagner la rénovation des logements reste une priorité du gouvernement. L’objectif ? Faire baisser les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, tout en luttant contre la précarité énergétique.

Le projet de budget présenté le 26 septembre dernier prévoit en particulier de mobiliser 500 millions d’euros supplémentaires pour financer MaPrimeRénov’ en 2023. Portant alors le budget du dispositif à 2,5 milliards d’euros.

MaPrimeRénov’ constitue depuis 2020 le principal soutien à la rénovation énergétique pour les ménages, qu’ils soient propriétaires, occupants ou bailleurs. S’y ajoutent les dispositifs MaPrimeRénov’ Sérénité et Copropriétés, dont les fonds proviennent du budget de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

Vers davantage de rénovations globales

Le gouvernement entend, via la pérennisation de ces aides, encourager la rénovation annuelle de 700 000 logements et ainsi éviter l’émission de 1 million de tonnes équivalent CO2. L’efficacité du système devrait en outre être améliorée grâce à l’instauration d’un réseau de guichets France Renov’ et du dispositif Mon Accompagnateur Renov’.

Ce dernier vise en effet à fiabiliser l’accompagnement des ménages dans leurs démarches, en les orientant vers des rénovations globales plus efficaces. Selon un bilan semestriel présenté par l’Anah, les foyers les plus modestes sont les principaux bénéficiaires de MaPrimeRénov’. En revanche, les travaux qu’ils réalisent sont en général de faible amplitude et insuffisamment efficaces.

Des mesures pour la rénovation des logements sociaux

La rénovation énergétique des logements sociaux n’est pas oubliée avec une enveloppe budgétaire de 200 millions d’euros allouée au Fonds national des aides à la pierre (FNAP). Les habitations de cette catégorie pourront encore profiter d’une exonération de taxe foncière étendue à 25 ans jusqu’au 31 décembre 2026. Cette dernière atteindra même 30 ans pour les logements dont les performances sont meilleures que celles exigées par la réglementation environnementale 2020.

MaPrimeAdapt’ en 2024

Concernant l’adaptation des logements au vieillissement, une augmentation des moyens de 35 millions d’euros de l’Anah est prévue en 2023. Cette revalorisation prépare la transition avec le nouveau dispositif MaPrimeAdapt’, qui sera mis en place à partir du 1er janvier 2024.

MaPrimeAdapt’ simplifiera les démarches des personnes âgées souhaitant continuer de résider chez elles. Cette aide remplacera le crédit d’impôt autonomie ainsi que les subventions Habiter facile (Anah) et Habitat cadre de vie (CNAV).

La construction neuve oubliée

Côté construction neuve, les moyens demeurent en revanche très en retrait, selon le constat de la Fédération Française du Bâtiment. Pour son président Olivier Salleron, les mesures annoncées font l’impasse sur la crise attendue du logement neuf et l’objectif 2050 – la neutralité carbone – reste selon lui hors d’atteinte.

ACTIV, spécialiste de la rénovation globale

Cette reconduction des aides à la rénovation reste un signe encourageant pour les particuliers souhaitant procéder à une rénovation énergétique globale en 2023. Mais ce qui ne change pas, c’est que pour en bénéficier, les travaux doivent toujours être confiés à une entreprise certifiée RGE, comme ACTIV.

Spécialiste de la rénovation énergétique de l’habitat, ACTIV vous accompagne d’un bout à l’autre de votre projet. Nos équipes proposent plusieurs solutions pour rendre votre maison plus confortable et moins énergivore en matière de chauffage, isolation, climatisation, etc.

    Je souhaite être contacté